Feuilles de root

Logiciels libres, programmation et économie

Sphère réelle et sphère financière

En économie on oppose souvent une sphère réelle (la production, l'industrie) et une sphère financière (l'activité des banquiers et spéculateurs), la sphère financière se développant „au détriment“ de l'économie réelle. Cette opposition amène souvent à proposer des mesures contre la spéculation boursière, en particulier sur les produits dérivés, jugée responsable de tous les maux économiques.

Dernier délire socialo-technocratique en date, l'interdiction des ventes à découvert en Europe.

Or il me semble que cette opposition repose sur une erreur. La séparation entre sphère financière et sphère réelle n'existe pas. Le banquier, le financier ou le courtier en bourse proposent un service aussi réel que celui qui construit une maison ou vend des légumes en servant d'intermédiaires pour collecter l'épargne et l'investir là où elle est nécessaire. Ils permettent la meilleure allocation possible d'une ressource rare, le capital financier. Le spéculateur qui vend un option ou un contrat à terme propose une forme d'assurance et contribue à diffuser l'information. Affirmer que le spéculateur nuirait à l'économie „productive“ est donc absurde. Certes il semble que les activités spéculatives se développent de manière excessive mais se serait-ce pas parce que l'investissement dans l'économie dite „réelle“ devient moins rentable à cause d'une taxation et d'une réglementation excessives ?

15 sept. 2011 Marqueurs : ,

Ajouter un commentaire

* Champ obligatoire